Parov Stelar

Mes amis le savent, j’aime Parov Stelar. Il est rare de faire une soirée avec moi où je ne serai pas tenté d’aller manipuler un PC ou un iPod dans le but de fouiller pour balancer du Parov. Je l’ai d’abord découvert un peu par hasard sur le net. Et puis j’ai pu me rendre compte de l’étendu de son talent grâce à ses compositions présentes à de nombreuses reprises sur des oeuvres de références de lounge music telles Hôtel Costes, Saint-Germain-des-Prés Café ou Nova Tunes.

Jonglant entre plusieurs styles de musique, il arrive à créer des samples jazzy et toniques grâce à la précision de sa décomposition rythmique. Il s’oriente vers des créations jazz énergiques, parfois proches de la house, ou assez profondes alternant entre l’Acid-jazz (guitare, batterie pour la rythmique; saxophone, trompette pour les cuivres; clavier et chant) et le Nu-jazz ( Acid-jazz avec des manipulations électroniques). Mais sa plus grande spécialité reste l’electroswing, où tel un chef d’orchestre il arrive parfaitement à associer les univers swing et electro. Cette science de l’association musicale résulte d’une parfaite maîtrise des composants élémentaires du jazz à savoir le rythme, l’improvisation et le son. Sa très large palette artistique fait de lui un formidable musicien que j’adore, je n’ai pas fini de vous en reparler.

Quelques références: [Dark jazz, Psychedelic jazz, Silent Snow, Matilda, The One, Nosferatu, The Fusion,]

Publicités